14 octobre 2004

Ceci est le prélude d'un autre post

TELE STAR : A 20 ans, vous quittez la Corrèze pour Paris. Quel souvenir gardez-vous de cette période ?
PATRICK SEBASTIEN : Je me revois sur le quai de la gare d'Austerlitz, un jour de septembre 1974. Mon enfance à Juillac est derrière moi. Mon père ne m'a pas reconnu, j'étais le bâtard du village. A 17 ans, j'avais un appartement, une femme et un fils, et je bossais comme pion pour les nourrir. Quand j'ai réalisé que tout était tracé - mes pantoufles à droite de l'entrée, la télé le soir et les week-ends avec mes beaux-parents - je me suis barré.
TELE STAR : Vous avez toujours rêvé d'être artiste ?
PATRICK SEBASTIEN : Non. Je me disais que je ferais peut-être un bon rugbyman... Et puis un jour, à force de faire marrer mes copains en faisant le con, je me suis dit : «Faut tenter.»
TELE STAR : Et là, arrivé à Paris, vous vivez la bohème...
PATRICK SEBASTIEN : J'avais pas une thune, juste une mansarde sans eau chaude. Pariscope en main, je harcelais les cabarets de la capitale pour essayer de bosser... Mais honnêtement, j'étais plus heureux qu'aujourd'hui. Plus libre. Avec les responsabilités, je ne peux pas me barrer du jour au lendemain, j'entraîne trop de gens avec moi.
TELE STAR : Vous souvenez-vous de votre premier cabaret, La Main au panier...
PATRICK SEBASTIEN : Un peu ! C'était en 1974, le jour de mes 21 ans. J'avais déjà goûté à l'envers de ce métier : les cadors qui t'insultent quand tu passes une audition... Ils me faisaient monter sur une table pour imiter Bourvil et me disaient : «Ah, tu imites bien les paysans... mais on voit que c'est pas un rôle de composition.» J'avais les larmes aux yeux mais je serrais les dents, je descendais de ma table et je fermais ma gueule...
TELE STAR : Cinq ans après votre arrivée dans la capitale, vous vous produisez déjà à L'Olympia... Rapide, le petit gars de Juillac, non ?
PATRICK SEBASTIEN : J'ai pas eu cette impression, j'ai même failli jeter l'éponge plusieurs fois. L'Olympia, c'était la consécration. Aujourd'hui, n'importe qui peut le louer, mais à l'époque...
TELE STAR : Avez-vous secrètement espéré que cette célébrité amènerait votre père à se manifester ?
PATRICK SEBASTIEN : (Il allume une cigarette, exhale une longue bouffée.) Au contraire. Il aurait eu mauvaise grâce à se montrer. C'est un gars de la campagne, il devait se dire : «Je ne t'ai pas reconnu quand tu n'étais personne, c'est pas pour le faire quand t'es devenu une vedette.»
TELE STAR : Vous dites que votre bâtardise a été un moteur. Mais savez-vous qui est votre père, même s'il ne vous a pas reconnu ?
PATRICK SEBASTIEN : Bien sûr, ma mère m'a dit qui il était. Il m'est même arrivé de le rencontrer. Mais il ne m'a rien dit. (Silence.) Je lui lance un appel d'ailleurs, j'aimerais qu'il me dise dans les yeux : «Je suis ton père.» C'est con, hein, à mon âge... Enfin, il y a des choses plus graves dans la vie...
TELE STAR : Comme la mort de votre fils aîné, Sébastien, le 15 juillet 1990. Ce drame aurait pu vous abattre...
PATRICK SEBASTIEN : Depuis sa mort, je ne peux plus me coucher et prendre le risque de ne pas m'endormir, de rester dans le noir à penser à lui. Je me couche à 6 heures et demie du matin, quand je tombe de sommeil, sinon je deviendrais fou. Moi qui buvais jusqu'à un litre et demi de whisky par jour, j'ai tout arrêté à la mort de mon fils. Pas de tranquillisants, pas de came non plus. Je m'en suis tiré sans rien.
TELE STAR : Le jour de son accident de moto, vous êtes monté sur scène. Comment ?
PATRICK SEBASTIEN : J'avais envie de me jeter par la fenêtre. J'ai appelé mes potes Lavil (Philippe) et Carlos, et je leur ai demandé de me remplacer sur scène. Ils m'ont dit : «Il faut que tu y ailles, ton public va te donner l'amour dont tu a besoin.» Ça a été abominable : j'ai dû faire le con sur scène et en sortant, j'ai massacré des cartons pendant dix minutes pour me défouler. Mais ce que j'ai reçu ce soir-là me tient debout encore aujourd'hui.
TELE STAR : Vous évoquez facilement la mort, y compris la vôtre...
PATRICK SEBASTIEN : Oui, et Nana me le reproche. J'ai tellement souffert petit de ne pas choisir ma vie, au moins choisir ma mort, merde ! Ne pas attendre qu'elle vienne me chercher, comme ces vieux pendant la canicule, mais aller la trouver au moment que je choisirai.
TELE STAR : Si vous deviez mourir aujourd'hui, quels seraient vos regrets, vos remords ?
PATRICK SEBASTIEN : (Silence.) Avoir fait des enfants. C'est terrible à dire et je ne veux pas que les gens se méprennent : j'adore mes enfants, ils ont tout mon amour, mes deux bras s'ils les veulent mais je n'ai pas été très présent et je me le reproche.

TELE STAR : Votre maison de production, Magic TV, fait très régulièrement la nique à Endemol (Le Plus Grand Cabaret du monde a battu Star Academy plusieurs samedis soir). Heureux ?
PATRICK SEBASTIEN : Magic, c'est une petite structure qui fait chier beaucoup de monde ! Endemol et d'autres ont allongé des milliards pour la racheter mais ça ne m'intéresse pas. L'argent, c'est la liberté de ne pas y penser. Je sais combien j'ai sur moi mais pas combien j'ai sur mon compte. J'ai mes deux 7 d'or sur mon bureau mais je carbure pas au succès : y a que la bagarre qui m'intéresse. Pour ma nouvelle émission, De l'autre côté du miroir (voir encadré), c'est le défi que ça représente qui me passionne, et pas de savoir si elle va rencontrer éventuellement le succès.
TELE STAR : C'est un peu comme pour les femmes...
PATRICK SEBASTIEN : C'est vrai qu'on dit que le meilleur moment avec les femmes, c'est quand on monte l'escalier. Je dois le reconnaître, à une époque je volais d'une fille à l'autre, mais finalement, le plaisir m'a rattrapé : j'avoue que j'adore aussi ce qui se passe derrière la porte, une fois que j'ai monté l'escalier.


12:12 Écrit par ZaG | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Salutations à tous,

En premier lieu , permettez-moi de vous montrer ma gratitude pour chacune des très pertinentes infos que j'ai lues sur cet imposant site web .

Je ne suis pas assuree d'être au bon endroit mais je n'en ai pas trouvé de meilleure .

Je réside à Cobourg, ca . J'ai 46 ans et j'éduque trois très gentils enfants qui sont tous âgés entre 10 et 12 années (1 est adoptée ). J'aime beaucoup beaucoup les animaux et je tempte de leur offrir les marchandises qui leur rendent la vie plus splendide.

Je vous remercie à l'avance pour toutes les super délibérations dans le futur et je vous remercie surtout de votre compassion pour mon français moins que parfait: ma langue maternelle est le vietnamien et je tempte d'apprendre mais c'est très ardu !

Ciao

Arthru

Écrit par : uratarrtle7 | 28 mars 2011

Répondre à ce commentaire

Ci spierdala owo olbrzymi ambaras. Psy lowienie duzo uciekinierow codziennego. Po kiego chuja chca spac na szosach w zamian goracych lozek? Istnieje mrowie powodow. Podzielilem szamie na czworka slub gromady. To istnieje moj sposob zrozumiec, dlaczego oni to robia.
Nieraz zyja w chorobowej tradycji wesele zas ze to moj humoreska pewien kapeli. Rodziciele uderzyc ani pic, a czasami tylko tudziez pozostale. Przychowek nie moga zniesc ich rodzicow wzrok, poniewaz sa nieczuwajace lub zadzierzystego. Ucieczka istnieje ślub wyjatkowa okazja na lepsze zycie. Jako ze moze oni chca miec szczescie, moze ktos chce im prawa ręka? Druga grupa czereda chca byc zauwazone. Ich rodziciele pracuja calego dni zas nie mam wieku gwoli nich. Towarzystwo zatytuluje ich dziatwa sposrod niesprawiedliwych domow zas jest to zaskoczenie, ze sa nieszczesliwi. Te mlodziez dorastajaca rodzicielek ogol co pomarzyc, toz milosc. Poniewaz nie ma nikogo, ktory moze je uslyszec, przytulic tudziez wesele calosc bedzie dobrze. Czuja sie gdy pies z kulawa noga nie umysle ich a niecalych. Trzecia grupa jest po prostu szalony. Maja komplet i wiecej. Sprawa konkretna istnieje w porzadku, przyzwoicie sie dogadac z rodzicielami, zyc super zycie. NATOMIAST cos sie stalo ... Nie chca byc podczas gdy zamiejscowych gosciach. Zaczynaja sie powiedziec wszelkim, ze ich rodzice sa zle a nikt nie sprycie ich. Zachowuja sie podczas gdy ci z drugiej gromady, przeciez sa one na to samo udaja. Sa znuzeni a chcesz zrobic cos odrębnego, nie wiem co. Ergo slub mamy emo-dzieciakow w polskim spoleczenstwie. Oni uciekaja, dlatego ze chca zrobic wrazenie na przyjaciolach. Sa one falszywe, kiedy to mozliwe tudziez mysla, ze sa bajeczne ale to na odwrot ich wlasna wyobraznia. A ubiegla kapela - przychowek, ktore chca udowodnic, ze moga byc samowystarczalne. Mysla, opieki rodzicow a chca zrobic wszystko na wlasna reke. Oni nie udaja, ze rodzice sa zle i na zywo jest okropna. Oni po prostu chca pokazac w jakim stopniu sa warte natomiast gdy wesele oraz chlonnego one moglyby byc. ZAs moze chca sprawdzic niewlasne umiejetnosci przed?

Écrit par : Korolka | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

dobrowolnej książce jest na ogół pracuja w domach w celu sierocińcow eelderly natomiast in. Jest to czesto uzupełniane za pośrednictwem za sprawą gościach, ktorzy chca sluzyc niedrugim, idealistow, ktorzy chca uczynic swiat lepszym położeniem aż do zycia w celu osob w konieczności. Toż to dziala rowniez w zwyklych firmach. Media, marketing czesto podejmowania za sprawą człecze, ktorzy chca zdobyc doswiadczenie nieprofesjonalnego. Kazdy moze spośród niego korzystac na rozne modusy.
Trwa bez liku korzysci spośród nieodplatnej ochotniczej konkurencji. Po pierwsze, sluzy okazjom gośćmi, zaś z nich korzystac. Po drugie uczestniczy wolontariusze realizuja swoje zamiary indywidualnego, The idealistics musza sluzyc, iżby dac czesc themslves-swoj czas a inwencje w celu przyjezdnych, ktorzy moga docenic. Dodatkowo wytwarza pracownikowi specjalne doswiadczenie, ktore moze stac sie grest wartość, np. oryginalnego umiejetnosci tudzież zdolnosci sa wychowane, zaś natura a perfonality moga byc wymyślane oraz egzaminowane. Prócz tego moze owo przekonac chlebodawce, ze dobrowolny pracownik istnieje solidny czlowiek, ktory zasluguje w pelni wyplacone umowy o profesje.
Z drugiej okolica istnieja jakieś wady.Najwazniejsza defekt istnieje zjawisko, ze owo utwór nie sprowadza korzysci monetarne, przemarsz czlowiek musi miec jakies przyjezdnego srodki podpartemu. Ponadto sluzenie nieróżnym moze byc wielce wymagajacym wyzwaniem, ktore zaprząta duzo cierpliwosci oraz szczegolna sile zakresu, ktore wolontariusz moze doscover on sho nie ściska.
turnusy rehabilitacyjne istnieje czesto uwzgledniona w bonusu aż do niedrugiej tężyzny zatrudnienia, tudzież w charakterze tego rodzaju moze byc srodkiem aż do adaptacji wlasnej utarczki, żeby sluzyc nieróżnym, gdy Channel One energetyczna w korzystny sposob.Profesjonalne natomiast indywidualne doswiadczenie osiągnięte za pomocą panu jest bezcenna i moze nam prawa ręka znalezc profesje akuratniej rozgłasza sie aż do krajowych umiejetnosci i wyglądań. Tych książek pokazuje, ze jednostki gildia personalnych, wczasy odchudzajace kosztownego na zbytu posady: prymat

Écrit par : 9rehabilitacja1 | 26 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Klan Londyn spędzic wakacje w Islandii. Anne oraz Ben Harding i ich dubel czereda Clarie oraz Tenże mieli nadzwyczaj niebezpieczna konfrontację spośród gadka szmatka oraz lodem.
Niejaki pedagog oraz jej dwie czereda chodzily tylko krawędz lodu, gdy niejaki z moment Już sam wpadl do głębi. Anna byla w wstrząsu! Z corka
starala się prawa ręka Już sam ... ale w nieszczęsciu asercyj upadl zimnym lodem natomiast zanurkowal aż do głębi.
Tenże doplynal aż do kresu lod chcial udalo się wydostac z wacie, jednakowoż podczas gdy spojrzal w jego mać i pingwin bojowaliby z wata on spośród renesansem aż do asysty. pedagog
ojciec oraz maz slyszal ich wrzaski natomiast biegl w nurcie granicy lodowca. Widzial, kiedy jego strefa zatonal pod nawierzchnia ...
Probowal przeskoczyc accros lod przecież na nieszczęście poslizgnal się natomiast spadl do wacie asercyj. Byl udalo się zlapac anorak Anny zaś wyciagnal glowę z wacie.
Parę minut pozniej natomiast pogotowia przyjechal a śmigłowiec wzial Annę do szpitala. Spędzila trzy dni zanim ród powrocil aż do Anglii. To swięto bylo spośród pewnoscia w największym stopniu groźne psychoterapia
psychoterapeuta Kazda epoka znamionuje sie zamiejscowa mentalnoscia człecze tudzież idealami. Sa one rozne zaś zmieniaja sie na powierzchni lat. Zostal jego osoba utworzony w czasie, warunki zycia, kazus oszczędnościowa i niezwykłe zdarzenie awanturze. Psychoterapia stanowi najwazniejsza wartosc ufności, kosciola natomiast zycia po smierci. Humanistow renesansu zauważali piekno ciala tudzież piekno zycia tudzież roznia sie od chwili swoich przodkow zaczeli spośród psycholog panu korzystac. Ponowna era zredagowano nowatorskiego modele idealow. Czy obecnie potrzebuje mezczyzny idealow? Czym sa?
wiekach totalnej konsumpcji, postepujaca globalizacja, życzenie wladzy, tryumfu zaś kariery.Wiekszosc ludnosci duzo monografii, szkolenia oraz ciagle wznoszenie ich punktacji. Ludzie sa w pospiechu a czesto spedzaja wiekszosc kariery chwilowej. Zdarza sie rowniez, ze spośród powodow niewalutowych, opuscil ich kraju do księdze w ciągu brzeg.

Écrit par : Idealasheex | 03 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.