26 novembre 2003

A propos de lectures....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, parce que je lis ENORMEMENT. Ce n'est pas une qualité, c'est une pathologie… Je suis addicted aux bouquins depuis que je sais lire, c'est une vraie dépendance, avec des crises de manque : quand il n'y a plus de livre, je suis capable de relire n'importe quoi ! Le seul truc bien, c'est que cette dépendance n'est pas trop, trop nocive…

 

Donc. En ce moment, je relis le premier tome des nouvelles de jeunesse de Philip. K. Dick (1947-1953). Dick est né en 1928… Son génie précoce laisse pantois, je vous recommande ce volume (1500 pages, mais des dizaines de nouvelles) paru chez Denoël…

 

J'ai redécouvert, juste avant, "Cinq semaines en Ballon" de notre bon vieux Jules Verne, et là, surprise page 130 (édition à 10 balles) :

 

(…) L'Asie est la première nourrice du monde, n'est-il pas vrai ? Pendant quatre mille ans peut-être, elle travaille, elle est fécondée, elle produit, et puis quand les pierres ont poussé là où poussaient les moissons dorées d'Homère, ses enfants abandonnent son sein épuisé et flétri. Tu les vois alors se jeter sur l'Europe, jeune et puissante, qui les nourrit depuis deux mille ans. Mais déjà sa fertilité se perd ; ses facultés productrices diminuent chaque jour ; ces maladies nouvelles dont sont frappés chaque année les produits de la terre, ces fausses récoltes, ces insuffisantes ressources, tout cela est le signe certain d'une vitalité qui s'altère, d'un épuisement prochain. Ainsi voyons-nous déjà les peuples se précipiter aux nourrissantes mamelles de l'Amérique, comme à une source non pas inépuisable, mais encore inépuisée. A son tour, ce nouveau continent se fera vieux ; ses forêts vierges tomberont sous la hache de l'industrie ; son sol s'affaiblira pour avoir trop produit ce qu'on lui aura trop demandé ; là où deux moissons s'épanouissaient chaque année, à peine une sortira-t-elle de ces terrains à bout de forces. Alors l'Afrique offrira aux races nouvelles les trésors accumulés depuis des siècles dans son sein. (…)

 

1863… Il a écrit ça il y a 140 ans. Jules Verne n'a pas la place qu'il mérite dans la littérature française…

 

A part ça : C'était bien, de Jean d'Ormesson que j'adore, mais j'oblige personne, les chroniques de Martin Winckler au Cherche-Midi, et quelques bons polars américains (John Grisham, Patricia Cornwell, Robin Cook….)

 

Suite au prochain numéro, après un petit tour à la média car…

 

JE SUIS EN MANQUE !

 

 

 

13:20 Écrit par ZaG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Dick Definitively. Et Jules Verne aussi !

Écrit par : Doc.Fusion | 26 novembre 2003

Répondre à ce commentaire

K.D Un K. Dick que j'ai pas eu entre les main ?!
merci pour l'info ;-)
(parution récente ?)

Écrit par : Cel | 27 novembre 2003

Répondre à ce commentaire

Coucou ! Cel > Oui, parution récente, 2001, je crois, c'est le premier tome, je vais voir à la maison de la presse si un deuxième tome est sorti depuis ou est prévu, je te tiens au courant...
Je suis passée chez toi, du coup... En construction ? J'y retournerai, c'est rare de croiser le mot Oulipo, de nos jours.. ;-)

Écrit par : zag | 28 novembre 2003

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.